-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Autres radios culturelles » BBC Radio 3 & Radio 4

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 37, 38, 39

Accueil / Autres radios culturelles

BBC Radio 3 & Radio 4    Page 39 sur 39

Bas de page ↓   

381
Répondre en citant  
Les masculinistes vont râler, mais tant pis ! - le Dim 10 Mar 2019, 18:00

Oui, car voilà encore (après ici et ) une hôtesse de micro qui fait honneur à la radio culturelle : Sara Mohr-Pietsch. C'est elle qui propose à l'auditeur (h/f, bien sûr) un assortiment de pièces musicales dans l'émission Choir and Organ. Chaque premier dimanche du mois, le numéro est exclusivement consacré à l'orgue, comme le numéro du dimanche 3 mars 2019*.

Une possible solution de remplacement pour ceux qui n'ont pas encore fait le deuil de l'ancienne émission de France Musique, Organo Pleno, avec Benjamin François.

Sara Mohr-Pietsch présente aussi des concerts du midi et en alternance une émission sur la musique ancienne.

Sa prochaine émission, c'est... à l'heure de ce post.

* Sara Mohr-Pietsch presents a selection of organ favourites and new discoveries - including a celestial prelude by Philip Glass, Franz Liszt's celebrated Prelude and Fugue on the name of B-A-C-H, and a pair of soothing "vesper voluntaries" by Elgar.

Voir le profil de l'utilisateur

382
Répondre en citant  
''Puedo escribir los versos más tristes esta noche.'' - le Mar 12 Mar 2019, 14:57

À l'origine, il y a l'émission hebdomadaire de Michael Berkeley, Private Passions où les invités racontent des moments importants de leur vie à travers la musique qui les a marqués. En remontant dans ce fil, on trouvera nombre d'exemples de très bons numéros. Rien à voir avec l'émission de divertissement du dimanche matin sur France Musique.

Dans le numéro du 30 septembre 2018, c'est Bel Mooney qui était invitée (''She’s a novelist, children’s writer and broadcaster, and the advice columnist for the Daily Mail''). Elle y parle des épreuves de sa vie privée, notamment de la séparation d'avec son mari après 35 ans de vie commune. C'est en contrepoint du départ de ce dernier pour un autre horizon sentimental que Bel Mooney propose d'écouter Blue Lament (Tonight, I Write Sadly). Michael Berkeley (qui n'est pas n'importe quel présentateur, comme chacun sait...) désannonce la pièce en signalant que le texte dit est une adaptation d'un poème [fort sentimental NDLR...] de Pablo Neruda traduit en anglais (voir le texte publié par le Guardian, Sat 3 Jul 2004 : Tonight I Can Write by Pablo Neruda translated by WS Merwin).

De là, on file vers le poème en espagnol (extrait de "20 poemas de amor y una cancion desesperada" ) lu par Arturo Puig (né en 1944) :



Ce n'est certainement pas le poème du siècle (relire Auden pour s'en remettre), mais pourquoi pas pour (re)donner goût à la langue espagnole et offrir un peu de visibilité à la poésie, puisque... Jugée trop exigeante, la poésie semble délaissée par le public (La Croix, 12 03 2019). Et ce n'est pas France Culture qui aide en ce domaine (car Farine et Bonnafé, sauve qui peut...).

Voir le profil de l'utilisateur

383
Répondre en citant  
Le silence comme seule appréciation possible - le Ven 15 Mar 2019, 11:15

Le silence prolongé, sans quintes de toux, c'est l'atmosphère après les notes finales du 3e et dernier quatuor à cordes de Benjamin Britten joué en concert le 10 mars dernier dans la merveilleuse acoustique du Wigmore Hall : The Belcea Quartet performs Haydn and Britten* [Magnifique contraste avec le Haydn, excellemment interprété].

Et ne parlons pas du silence encore plus impressionnant qui a rempli St. Andrew's Church l'été dernier au Presteigne Festival (Pays de Galles) quand se sont évanouis les derniers accords de ce même quatuor joué avec une profonde sensibilité par le Navarra Quartet et retransmis le 7 novembre dernier dans Welsh Festivals Chopin and Britten.

Entendre ce quatuor dans cette église doit laisser des impressions inoubliables.



* Live from Wigmore Hall, London. The Belcea String Quartet celebrate the 100th anniversary of the great music critic and analyst Hans Keller with Haydn's turbulent Quartet Op 76 No 2 (known as 'The Fifths') and Britten's Quartet No. 3, with its strong thematic and atmospheric links to his final opera Death in Venice.

** Christopher Cook introduces highlights from last Summer's Welsh Festivals. A great favourite with both audiences and performers alike, in the ancient setting of St. Asaph Cathedral at the North Wales International Music Festival, pianist Freddy Kempf put the piano through its paces in Chopin's Second Piano Sonata, which includes that rather famous funeral march. Then it's off to Presteigne Festival and St. Andrew's Church for a contrasting display of virtuosity from the Navarra String Quartet in Britten's profound and final contribution to string quartet literature.

Voir le profil de l'utilisateur

384
Répondre en citant  
Vingt-sept minutes qui valent de l'or - le Dim 17 Mar 2019, 19:47

Le révérend Moon (1920-2012), ça vous dit quelque chose ? Pour ceux qui ne le connaissent pas, il est simple de consulter tel ou tel site. Mais qu'apporte de plus, ou tout simplement de fondamental, une émission radiophonique intitulée Fly Me to the Reverend Moon (BBC 4. 10 avril 2010 - Rediffusion 21 novembre 2018) ?

John Waite, le jeune étudiant britannique de 21 ans, invité par la secte en 1973 à traverser l'Atlantique pour passer trois semaines tous frais payés à New York, se souvient : "Nous étions au début des années 1970, à une telle offre, on ne répondait pas ''What's the catch?'', mais ''Where do I sign?''"

Quarante ans plus tard, il retourne sur les lieux et rend compte de ce qu'il a vécu au sein de ce qu'il a, peu à peu, et très lentement (''we were twenty, what did we know?'') réalisé être une secte.

Il rencontre des spécialistes, d'autres personnes comme lui, un "clergyman" qui a réussi à libérer la plupart de ces jeunes, un ancien cadre de la secte. Il faut dire que c'est bouleversant, et pourtant tout est dit de manière très enlevée, théâtrale presque, entertaining dans le meilleur sens du terme.

C'est un véritable hymne à la liberté, à l'indépendance d'esprit et un avertissement contre tous les embrigadements.

L'on peut tirer de nombreux enseignements de cette petite demi-heure, notamment sur l'incroyable naïveté de jeunes ayant pourtant quelque instruction. Le goût de l'aventure, la croyance en la bonté universelle, le désir d'être généreux, sont des traits intangibles de la jeunesse qui, pour le pire, peuvent être exploités par des adultes ayant an agenda (politique, financier ou sexuel).

Quarante ans plus tard, les personnes prises dans le filet de cette secte ont oblitéré l'expérience de leur mémoire, dit John Waite. Personne ne veut reconnaître avoir été aussi crédule, il y a une honte à y repenser. Et pourtant les effets psychologiques ont été réels et durables. Un documentaire essentiel. Du genre que France Culture ne peut pas faire, je dirai pourquoi ailleurs.

L'émission n'est plus en ligne (la BBC ne permet que quatre semaines d'écoute en ligne après diffusion). Il faut guetter une rediffusion.

Descriptif : "When American Studies student John Waite was approached in Manchester in the early 1970s and offered the chance of a free trip to America, he jumped at the opportunity. Only once he, and a plane load of other students, actually arrived at a large estate in upstate New York, did he learn that the people footing the bill were the Unification Church, known to tabloid readers across the world as The Moonies. Over the course of the following days and weeks John and the students were kept on the estate as the Church tried to win them over, in order that its message might be taken back to Britain with these bright young things. In "Fly Me to the Moon", John goes back for the first time to tell the story of what happened to him and the rest of the students when they were taken in by one of the most controversial religious groups of the day. He meets up with people who went on the trip with him as well as former Church members who were active in the organisation at the time - and reflects on how the experience as a young man ready for adventure has shaped him in the decades since."

Voir le profil de l'utilisateur

385
Répondre en citant  
Le thon, c'est de l'argent - le Ven 22 Mar 2019, 11:26

Il ne faut pas hésiter à qualifier ce reportage-documentaire de remarquable à tout point de vue : Delicious and Endangered: The Story of Bluefin Tuna du 17-03-2019 dans la série "The Food Programme" (si vous ne comprenez pas, vos professeurs d'anglais ont fait grève toute l'année durant votre scolarité).



Cela commence par l'interview d'un chef cuisinier qui évoque les saveurs du thon sur un ton (forcément) à convertir immédiatement un végane militant au sushi.

Puis vient un scientifique (''marine conservationist'') qui évoque les populations de thons et la pêche industrielle. Nous sommes ensuite sur le plus grand marché au monde de poissons à Tokyo (20 millions de livres de chiffre d'affaire par jour), de manière plus ou moins clandestine, apprend-on, car les marchands et clients n'aiment pas du tout les touristes et les journalistes. Passionnant reportage sur la présentation des poissons, les enchères, la découpe, etc. Puis retour à l'histoire dans une évocation fort instructive de la raison pour laquelle le thon rouge est devenu populaire au Japon, non pas il y a longtemps, mais dans les années 1970-1980 suite à des exportations en provenance des États-Unis (pour remplir les avions de retour qui à l'aller avaient emporté les produits industriels japonais). La consommation de thon est donc récente et ne peut s'appuyer sur une tradition ancestrale pour continuer à dépeupler les mers de ce poisson.

En regard, le point de vue de pêcheurs anglais qui se plaignent que les Français puissent pêcher l'espèce quand eux se le voient interdire. Nettement mieux que les Pst...

Un modèle de documentaire qui donne la parole à tous les concernés et qui est fort instructif.

Au fait comment s'appelle le "Food programme" de France Culture ? Les Bonnes choses d'une certaine Caroline Broué (clair). Ne comparez pas, ou si vous l'avez fait, vous aurez compris... Il y a aussi en matière culinaire, une chronique, celle appelée Les Mitonnages de Jacky [La chronique culinaire de Jacky Durand : vagabondage hebdomadaire dans une cuisine qui rassemble, émeut, étonne. En partenariat avec Libération.] Ne vous étonnez pas que Libération ne produise pas de critique radiophonique concernant France Culture, le journal mange aux râteliers de plusieurs émissions et est régulièrement promu (ce matin, par exemple, voir ici). Ils ne vont quand même pas examiner la qualité de la soupe...

À propos de ces "mitonnages", je ne saurais trop recommander de revenir à la trilogie des posts de Curly dans Jacky : l'homme fatigué. France Culture ne mérite pas ses auditeurs attentifs...

Dan Saladino travels from Brixham to Tokyo in search of Bluefin tuna.
In recent months there have been more sightings of the endangered fish in British waters but does that mean we can eat them?
The Bluefin is the rarest, most valuable and at risk of the seven tuna species found around the world. Found in three main stocks around the world, in the Pacific, Southern and Atlantic Oceans, some populations of the fish have declined by more than 97 per cent.
The vast majority of these large, fast and magnificent predators end up being auctioned in Japan where they are prized by sushi chefs. Dan looks at the past, present and possible future of our relationship with the Bluefin Tuna, hearing how its numbers fell into decline in the latter half of the twentieth century and why there are hopes for its recovery in years to come.
He travels to Tokyo to witness the tuna auctions at which some single fish have fetched prices as high as £2.5 million and finds out what led to its appeal in Asia. Chef Mitch Tonks describes his own experience of Bluefin, both as a fish he's watched hunting along the UK's southern coast and as a food he's eaten in Japanese sushi bars.
Professor or Marine Conservation Callum Roberts explains how we should react to the increased sightings in the Atlantic, and a police investigator describes how criminal networks are also targeting the Bluefin trade.
For the fascinating tale of how Bluefin tuna came to be so important in Japanese food culture Dan talks to Trevor Corson, author of The Story of Sushi: An Unlikely Saga of Raw Fish and Rice.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


386
Répondre en citant  
Re: BBC Radio 3 & Radio 4 -

BBC Radio 3 & Radio 4     Page 39 sur 39

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 37, 38, 39

Accueil / Autres radios culturelles

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum