-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les Matins de France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 36 ... 69, 70, 71 ... 74 ... 79  Suivant

Accueil / France Culture

Les Matins de France Culture    Page 70 sur 79

Bas de page ↓   

691
Répondre en citant  
Longues et brèves de comptoir - le Ven 28 Déc 2018, 14:21

Curly(http://regardfc.forumn.org/t19p680-les-matins-de-france-culture#32000) a écrit:Fiche pratique n° 341 – Monter soi-même sa chronique, par Euthymènes de La Graffouillère, professeur agrégé de mécanique à expansion inversée, Université de Noeux-les-Mines VIII.  


Toi le jeune, oui toi - regarde-moi quand je te parle - toi aussi deviens un grand écrivain grâce à la chronique de Aurèle Lienbellanger en kit, à monter en moins en moins de 5 mn.
Toi le jeune, oui toi - mais regarde-moi nom de Dieu – tu n’as rien à dire. Eh bien grâce à ta chronique de Aurèle Lienbellanger, tu vas pouvoir le dire n’importe comment, comme un jeune fou lancé à fond sur sa moto débridée par son tonton garagiste à Maubeuge.
A toi de jouer.  


Introduction du Maître :

« Quelqu’un vient de créer un générateur automatique de Conclusions d’Aurélien Bellanger, (...) Cela donne, je l’avoue, des résultats très convaincants : « La biologie semble spontanément moins propice à ces fantasmes heuristiques sublimes et dépeuplés. » Honnêtement j’aurais pu l’écrire : c’est incompréhensible. »
                                                                        A.B., le 14 décembre 2018

(...) Maintenant, toi le jeune -oui toi- tu es fin prêt pour la Matinale de France Culture. Tu n'as plus qu'à t'entraîner à la bafouiller en articulant le moins possible devant ton miroir, et tu as gagné ! (...)
Un répertoire fort utile. À envoyer à l'intéressé pour qu'il aille plus vite dans la confection de ses longues tirades ? Les Polaroïds de Marie Richeux (tout aussi vides de tout) avaient un mérite que n'ont pas les textes d'A.B. : la brièveté. Entre temps, MR a cessé d'écrire sur FC. En raison d'échos défavorables peut-être ? En tous les cas, elle a pu en faire un livre (= un ensemble de feuilles de copiés-collés de ses "chroniques). Un blog en fait l'éloge, La Cause Littéraire. Heureusement la période des cadeaux est passée.

Merci aussi pour Le Grand Feuilleton de la Matinale, 2ème partie, Livre IV, Chapitre 56. Finalement, contrairement à ce que dit la Direction, France Culture c'est vraiment prise de tête.

Voir le profil de l'utilisateur

692
Répondre en citant  
The Orel’yen Around The World – Part 38 - Today : Russia - le Dim 30 Déc 2018, 11:12

Bonjourrrrrrr moi espion rrrrusss KGB RT Taddéï Poutine kazatchok.
Nous rrrruss admirrrer beauccou letttttrrrrrres frrrançaises, et surrrrtout Mâtinâl Frrrrrrrrance Kulturrr avek grrrrrrran Orel’yen.
Lui bêllllles phrâses, bien tourrrrnè :
« La jeune femme portait une mini jupe et elle avait un fort accent asiatique ; les syllabes qu’elle avait formées m’étaient apparues encore plus rondes que ses seins sous son bustier blanc. »
На молодой женщине была мини-юбка, и у нее был сильный азиатский акцент; сформированные ею слоги показались мне даже более круглыми, чем ее груди под ее белым бюстье.
(Na molodoy zhenshchine byla mini-yubka, i u neye byl sil'nyy aziatskiy aktsent; sformirovannyye yeyu slogi pokazalis' mne dazhe boleye kruglymi, chem yeye grudi pod yeye belym byust'ye.)

Ça élêgance frrrrançaize. Classsss kâviârrr pôpe moujikk .

Et lui peti mâlin mais pas assè fûtè pourrrr esspion rrrusss :
« Si j’étais vraiment intelligent je taperais du code, pas de littérature. »
Если бы я был действительно умен, я бы набрал код, а не литературу.
(Yesli by ya byl deystvitel'no umen, ya by nabral kod, a ne literaturu.)

Nous rrrrussses pas bêtes : nous voirrrr que textes Orel’yen êtrrrrrrr côdes pour Poutin Vladivostok Tolstoï Staline.

Nous vouiloirrr fairrr prrrofitè pûblik rrrrusss de prrrose Orel’yen vodka kroutchev moujîk Pouchkin.

Существует интересная дискуссия вокруг фигуры Курта Кобейна. Курт Кобейн, певец Нирваны, является последним воплощением, почти заслуживающим доверия, с его выцветшими волосами средней длины, его рваной одеждой и его смертью в 27 лет от американского Христа, наряду с интересной бородатой эктоплазмой и найден антропоморфный, застрявший в двойном остеклении, и этот вид, более заманчивый, назорея на жареном бутерброде - мы находим с тех пор в торговле, и этой идеи, как правило, достаточно, чтобы заставить меня вернуть доверие к Америке, способной делать решетки-булочки вывести столько христов, сколько захочется, христов с корочкой или без нее, христов с белыми крошками или с хлопьями.
Со своей стороны, у меня был плакат с тремя участниками «Нирваны» посреди барбекю, трогательной сцены в повседневной жизни самой большой рок-группы в мире. Я был тайно польщен, что он так хорошо практиковался. похож на семейный облик - ничего страшного в Курте Кобейне, в серфинге, в друзьях с невероятной внешностью, немного выпитого пива. Что касается наркотиков, если это была культура, которая была для меня довольно чужой, я читал L'Herbe Bleu, а мой лучший друг, который заставил меня открыть Nevermind, только что начал Flash или большую поездку Чарльз Дюшюа.
Но, возможно, был еще один момент, который сделал Курта Кобейна знакомым, это был его вкус к маскировке: ничто не доставляло мне удовольствия больше, чем надевать, как цветочные юбки, весь гардероб моей спины. бабушка, и так ходить, на высоких каблуках, во дворе фермы, с невероятной маленькой сумкой-крокодилом в руке.
Моя прабабушка была жива, опять же, мне интересно, не пережила ли она Курта Кобейна, но ее кокетство было ограничено регулировкой серого парика в маленькой комнате ее дома престарелых. В любом случае я помню ее смех, который немного раздражал, когда она увидела, как я прихожу с моей футболкой, на которой тело было в коже In Utero: «голая задница» воскликнула она, это было немного неловко.
Но задним числом я горжусь тем, что знаю как Курта Кобейна, так и странную иконку в ажурных чулках, таких как барбекю.
Поскольку сегодняшняя дискуссия как раз о возможной ошибочной идентификации, певец, немного трансгендерный, в значительной степени скрылся под постиндустриальным героем, под маленьким белым сердитым.
Потому что это был и Курт Кобейн, как я понял со времен подростка Эссонна, эманация разрушенного и невидимого мира, нечто, что еще не называли Белым Мусором, но которого Я ощутил существование, когда перешел из колледжа в среднюю школу, из городской, по сути своей городской карты, в огромную, не принадлежащую человеку землю, которая собиралась спрятать все скрытые страдания в затерянных деревнях Гатино: того, кто жил со своей матерью. в караване, который имел дело с дерьмом, тот, чья мать спрятала беглеца в своем саду, кто бы ни был, как зима, пришел в школу с той же футболкой с головой хаски.
Это был тот мир, о котором говорил Курт Кобейн.
И что именно меня здесь интересует, так это то, что он вернулся к великому странному режиссеру Гусу Ван Санту, чтобы представлять этот вид пригородного погружения цивилизации, Ван Сант, который также отметил в интервью, что По сути, он встречался с Кобейном на гей-фестивалях.
Из фильма, который он посвятил последним дням жизни певца, у меня все еще есть две сцены, только две, но одна из самых красивых, которые я видел в кино.
Индустриальный уроженец Сиэтла, сильно сожженный его калифорнийскими годами, поднялся на берег обратно в дождливый Портленд.
Он один в огромном доме, он играет на гитаре, меньше музыки, чем одни ноты, мокрый и медленный, и камера медленно перемещается назад, камера погружается в лес, музыкант отходит от нас, но ноты все более и более присутствуют, и они цепляются за деревья как пена, рок больше не электронная музыка, а вид растений.
В другой сцене, о которой я помню, он получает посетителя, который покупает металлолом, я думаю, что он одет в платье и как герой, и он рассказывает ему об огромной коллекции локомотивов, которые он обладает, как будто индустриальный мир - не более чем мечта наркомана, своего рода ментальная ржавчина, терновый венец на лбу людей.

Орельен Беллангер


Nous attendrrr camarade Орельен pourrr Kremlin Poutin.
Prrrochain message côde 7 janvier.
Русская родина благодарит вас.

Voir le profil de l'utilisateur

693
Répondre en citant  
Un message de Donald - le Mar 01 Jan 2019, 15:40

Saletés de neveux. Ils ont profité lâchement du repas de famille pour s’emparer et saccager le texte du Maître avant de s'enfuir Dieu sait où...
Non seulement ils ne connaissent pas leurs conjugaisons, ça je sais c’est un coup de Fifi, mais encore ils se sont permis quelques commentaires de très mauvais goûts.
Nom d’un canard ça ne se passera pas comme ça.
Et le premier d’entre vous qui me les ramène avant l’heure du goûter, aura droit, oui oui  j’insiste, à une séance de méditation orgasmique.
Pour calmer les nerfs, y a rien de mieux.

Voici leur torchon, c'est pas joli joli. Mes excuses au Maître O'Relyan B. Laundger. Ils seront sévèrement punis.


Je suis passé Noël à Orvault dans la banlieue de Nantes (…) dans les rues d’un lotissement.
Début fracassant.

Je suis été allé justement courir là-bas, avec les chiens du quartier, entre les repas. Et ce furent comme cela que je suis fini par découvrir le centre perdu d’Orvault — un centre religieux. (...)
A quand une adaptation au cinéma de cette scène ? Spielberg pourquoi pas?

J’ai sorti d’une expérience douloureuse avec la cafetière Dolce Gusto familiale. Passer quelques jours en familles, jusqu’à il y a peu, ce sera été retrouver le temps de sablier de la cafetière filtre et mettre une capsule, ce fusse comme une profanation du temps long familial. D’autant que la machine s’avait été avérée catastrophique à l’usage, son compresseur, clairement surdimensionné,  ayant fait trembler toute la cuisine pour un résultat plus mousseux qu’efficace — et j’avais sorti en colère contre Nestlé, contre Krups, contre la société de consommation et le monde industriel en général. Combien de temps allerions nous encore remettre notre destin entre les mains des divinités pathétiques et mortifères du petit électroménager ?  (...)
Question angoissante. Et encore une année de m… qui commence !

Je m’ai ainsi logiquement demandé comment les habitants des grandes maisons rocailleuses du Petit Chantilly — ça être le nom du quartier d’Orvault où je suis passé Noël — eussent été géré la présence vibrante d’une crèche au cœur de leurs pavillons pétrifiés.  (...)
Nous nous posons TOUS cette question.

Je m’avais justement baladé à Arcueil, au pied de l’aqueduc, la semaine précédente. Mieux, j’eus découvert, dans le livre d’Eric Alonzi Alonzo sur L’architecture de la voie, que les romains, avec leur paganisme furieux, avaient César été si fiers de leurs aqueducs qu’il les eût fait parfois passer, à l’entrée des villes, sur des arcs de triomphe — j’aura ainsi appris à être attentif à la sacralité de l’eau. (...)
Le passage ci-dessus est le plus passionnant de toute la chronique.

Et j’eus retrouvé, justement, quelque chose de la dynamique spirituelle des habitants de mes maisons géantes en comprenant que ces dômes herbeux qui auraient eu longé le cours du Cens avaient eu été en réalité les puisards d’un égout invisible, creusé en dessous du lit de la rivière, et qu’on auraient été surélevés ceux-ci pour qu’en cas d’inondation les eaux de la rivière ne s'eussent pas mêlé à celles des égouts. (...)
Quelle révélation de m… en effet.

Le paysage avait eu été ainsi truqué mais de l’avoir découvrit avait eu été comme une révélation religieuse — j’avais arrivé, comme au centre du monde, à l’endroit où la civilisation eut serpenté autour du monde naturel, à l’endroit de leur impossible fusion.
Aaaaaaah l’impossible fusion ! Monde truqué ! Cruauté du monde !
                                                                          
                                                                                      THE END

Voir le profil de l'utilisateur

694
Répondre en citant  
''le sérieux nazi de la démonstration visuelle'' (dit ze écrivain) - le Jeu 03 Jan 2019, 13:35

Curly(http://regardfc.forumn.org/t19p690-les-matins-de-france-culture#32030) a écrit:Saletés de neveux. Ils ont profité lâchement du repas de famille pour s’emparer et saccager le texte du Maître avant de s'enfuir Dieu sait où...
Non seulement ils ne connaissent pas leurs conjugaisons, ça je sais c’est un coup de Fifi, mais encore ils se sont permis quelques commentaires de très mauvais goûts.
Nom d’un canard ça ne se passera pas comme ça. (...) Voici leur torchon, c'est pas joli joli. Mes excuses au Maître O'Relyan B. Laundger. Ils seront sévèrement punis.

"Je suis passé Noël à Orvault dans la banlieue de Nantes (…) dans les rues d’un lotissement. (...) Je suis été allé justement courir là-bas, avec les chiens du quartier, entre les repas. (...)"
J'allais accuser le stagiaire et les neveux d'attirer l'attention sur le boulanger et sa mauvaise pâte, puis me suis dit que finalement la version réécrite avec l'auxiliaire "être" (cf. ci-dessus) rendait ce texte lisible (l'original ne l'est pas).

Du coup (il semble que ce lien logique de conséquence gêne des auditeurs, car il serait mal employé par les employés de la radio publique), du coup, donc, je me suis arrêté sur le texte de ce matin (surtout ne pas l'écouter lu, surtout pas !).

C'est un bon baromètre pour évaluer France Culture. Le texte est nul. La Direction l'approuve. C'est comme ça.

Comment ceci peut passer, on se le demande : "Pour le dire autrement, ce n’est pas la description d’un {sic] société inégalitaire sexiste qui m’a été le plus pénible dans 'La servante écarlate', c’est l’insoutenable symétrie de l’image, le sérieux nazi de la démonstration visuelle".  Il y a un "sérieux nazi", comme c'est intéressant...

Ça aussi : "le drame, c’est  qu’il  y a plus de vie dans un seul tweet de Trump que dans une saison entière de n’importe laquelle de ces séries qui prétendent nous ré-enseigner, par le spectacle cathartique du pire, nos vertus civiques oubliées". "il  y a plus de vie dans un seul tweet de Trump". Faut-il relever cette bêtise parmi le reste ?

Le reste ? C'est aussi la langue incontrôlée de "l'écrivain" qui ne se mouche pas du pied :

  • la caméra décrivent plus d’élégantes arabesques

  • une sorte d’impasse politique majeur

  • l'art de ces années troubles avaient clairement fait le choix


La belle vitrine de France Culture que voilà...

Voir le profil de l'utilisateur

695
Répondre en citant  
Aujourd'hui Curly mauvaise humeur (voir post des Nuits sur Ascanio) - le Jeu 03 Jan 2019, 14:31

Étude de "texte" : par Legars et Micharde
             XXIème siècle                    "Un art totalitaire" d'Aurélien  Bellanger
                                                          
1-"Rien ne m’est plus pénible, je ne sais pas pourquoi" : Tous les jours, soit le monsieur il a jamais été aussi emballé par un truc de toute sa vie, soit il souffre atrocement. Aujourd'hui, il souffre. "Je ne sais pas pourquoi", déjà du remplissage puisqu'il va le dire juste après. Petit côté poète romantique échevelé.
2- "Les deux choses authentiquement pénibles", voir ci-dessus d'abord pour "pénible" (il souffre aujourd'hui), plus le classique ajout de l'adjectif ou de l'adverbe original/inattendu/inutile qui confère au grand n'importe quoi. Exemple 1, l'adverbe "authentiquement". A ajouter, empilage adjectif + adverbe si possible en -ment.
3- "ce grand fatras mental étalé au grand jour mais miraculeusement concentré" : on dit du mal mais avec dedans un petit mot, ici un adverbe en -ment, voir 2, qui détonne, ici "miraculeusement".
4- "les parois concaves du bureau ovale" : un peu de géométrie pour faire remplissage, ici, "concave", parce que ça va bien avec "ovale".
5- "les écrans gras de tous les smartphones du monde" : un peu de quotidienneté ne fait pas de mal, aujourd'hui, l'adjectif "gras", beurk. + tous les smartphones du monde sont gras ? Il faudrait qu'il vérifie.
6- "ces mises en scène hiératiques d’un monde post-apocalyptique" : allez on ajoute encore un adjectif pour farcir le texte, ici "hiératique", il le reprend à la fin d'ailleurs + un peu de fin du monde, passage obligé.
7- "le sérieux nazi de la démonstration visuelle" : la mise en scène (= démonstration visuelle) est nazie. Affirmation péremptoire et indiscutable.
8- "Cela me rappelait aussi autre chose" : là on va avoir droit aux souvenirs de jeunesse du Maestro. Classique.
9- "ces horribles dissertations qu’on m’obligeait à rendre autrefois, sur les sujets les plus platement démocratiques" : gagné. Voir aussi 2, une dissertation est forcément horrible (soyons excessif, encore un classique) et un sujet sur la démocratie est forcément plat, la Terre non.
10- "Je n’étais pas en train de regarder une série, mais un corrigé filmé du bac", provocation. A quand une adaptation cinéma des corrigés du bac ? Le Maestro lui l'a déjà en tête.
11- J'ai pas fini je suis lancé. Alors 11-"La science-fiction, ce genre si sympathique", les amateurs de s-f apprécieront cette affirmation pleine de condescendance.
12- La comparaison : "la dystopie = à peu près aussi intéressant qu’un cours de culture générale dans une prépa Sciences po, qu’un discours de Macron sur la citoyenneté, que l’édito d’un hebdomadaire sur la montée des périls et les dangers des réseaux sociaux." Évidemment tout est dans l' "à peu près", restons flou, un grand classique. J'ai envie d'ajouter un autre élément à cette comparaison, mais je me retiens encore.
13- "C’était peut-être inévitable" : ah la fatalité, mais "peut-être" bien sûr. Mézalor mézalor, c'était évitable (peut-être) ! Mézalor mézalor cette phrase nous mène dans une impasse ! voir 21
14- Un peu de culture générale là on est sérieux quoi zut : aujourd'hui, "Le prince", "De la démocratie en Amérique", "Fondation".
15- "Le drame, je crois,..." : on prend des pincettes, "je crois" = il n'en est pas sûr.  Et "Le drame", voir 9, l'excès.
16- "spectaculairement symétrique" : la symétrie est spectaculaire. Obligé. Voir ci-dessus. Et le retour de l'adverbe. Voir 2
17- "Il y ait plus de plongées dans une scène de La servante écarlate que dans toute l’oeuvre d’Orson Welles" : C'est sûr qu'il a vérifié ? Une exagération de plus.
18- La petite blague : "les décors fleuris des jardins de Westeros me rappellent, secrètement, le Vésinet de carton pâte de la sitcom Maguy." Encore une comparaison, mais j'en ai déjà parlé. En passant, il y avait des extérieurs dans Maguy ? Là je dois avouer mon ignorance, ou alors quelqu'un se moque de nous. Adverbe en -ment, secrètement : mais si c'est un secret, il ne faut pas le dire. Auditeur = confident secret de ses pensées les plus secrètes. Dans le secret des dieux, carrément.
Autre truc, ridiculiser en comparant à ce qui est considéré comme ringard, ex. Game of Throne = Maguy.  Vous écoutez France Culture.
19- "une sorte d’art engagé" : une sorte de..., une manière de..., un genre de ...
20- On ramène tout à la politique américaine : "Je crois comprendre, devant n’importe quelle dystopie contemporaine, ce que peut ressentir un électeur de Trump en lisant un éditorial du New York Times : mais quelle condescendance, quelle prétention, quelle affectation." Alors encore "Il croit comprendre", il n'en est pas sûr. Quant aux trois derniers noms de cette phrase, est-on sûr que l'on parle d'un éditorial du Times et pas d'autre chose ?
21- "une sorte d’impasse politique majeur(e)" : retour "d'une sorte de..." + adjectif "majeur", alors ici deux interprétations possibles, soit c'est une tragédie grecque, soit le code de la route.
22- Répétition de "il faudrait que" : là on passe à la leçon.
23- Comparaison, le retour : "il y a plus de vie dans un seul tweet de Trump que dans une saison entière de n’importe laquelle de ces séries". A imaginer. Et on se rend compte que quelqu'un se moque de nous. Comparaison improbable = quelle dérision, voir 18.
24- La leçon, "Et c’est peut-être ce qu’on retiendra de notre époque" : jusqu'à la conclusion de demain où il faudra retenir autre chose. A noter encore le "peut-être".
25- "contre-productive", noter les occurrences dans l'ensemble de l'œuvre.
      Notes de Legars et Micharde pour leur futur ouvrage, "Le XXIème siècle, Tome 4, les penseurs authentiquement rétrospectifs"

P.S : Le message sur Ascanio se trouve dans le fil des Nuits,  ici + beaucoup d'éditions pour ce message car il a été écrit d'un seul élan suite à la lecture authentiquement pénible de la Conclusion.



Dernière édition par Curly le Ven 04 Jan 2019, 11:54, édité 17 fois

Voir le profil de l'utilisateur

696
Répondre en citant  
Une leçon de journalisme et d'animation radiophoniques - le Jeu 03 Jan 2019, 17:44

Numéro assez accablant pour G. Erner, ce matin 03/01. Le thème (Médias : d'où vient la méfiance ?), annonce une réflexion sur la profession de journaliste avec deux invités : un sociologue, un journaliste.

Tout d'abord le sociologue, qui n'a pas grand-chose à dire : questions convenues qui reçoivent des réponses plates, sans aucun intérêt, G. Erner patauge, le sociologue répond à côté. Il est à craindre que 99% des auditeurs ont décroché. Et puis, arrive Edwy Plenel, et G. Erner, totalement surclassé, prend une leçon de journalisme et d'animation radiophoniques, sur le fond comme sur la forme, et l'émission devient passionnante à ce titre.

Sur le fond, Edwy Plenel défend sa conception de la mission du journaliste (apporter aux citoyens, par des faits, une l'information qui éclaire l'actualité), conception à laquelle G. Erner tente péniblement et maladroitement d'opposer le journalisme de commentaire.

Sur la forme : celui qui conduit alors l'entretien, c'est alors clairement Plenel. Rhétorique convaincante (argumentation claire), et discours efficace (diction impeccable, richesse de la langue, aucune hésitation) : Erner est totalement surclassé. De temps en temps, pour se donner un peu d'air, il essaie de faire intervenir le sociologue : pas de chance, le sociologue est de l'avis de Plenel.

Voir le profil de l'utilisateur

697
Répondre en citant  
A radicalité, radicalité et demie !... (Emission ''Les Matins'' du 03-01-2019 sur France Culture) - le Jeu 03 Jan 2019, 19:13

Bravo ! L'année commence fort en matière de neutralité et de pédagogie de l'information ! Il faut dire que l'invité était à la hauteur. Décréter que des Médias crédibles se doivent d'être "un champ de bataille", voilà qui pourrait logiquement inquiéter notre chaîne préférée et son "Esprit d'ouverture" affiché. Non ?

Le plus drôle - vu de l'extérieur - c'était l'incompréhension, voire l'état de confusion de l'animateur qui venait de trouver, pour une fois, nettement plus radical que lui dans la personne de son invité du jour (cela nous changeait en effet de son ton insinuant, cette fois). On imaginait bien l'un envoyer l'autre dans un camp de rééducation pour s'y reformer aux méthodes journalistiques musclées qui sont, à l'entendre, notre lot d'aujourd'hui. Un délice de surenchères !... menant, hélas, à un vide de l'analyse et de la pensée. Dommage pour les auditeurs, encore perdants !

Dans tout cela, plus aucune allusion à l'Etat de droit et à ses règles citoyennes, mais, un droit chassant l'autre, cette propension - érigée en nouveau droit, justement - à créer l'événement (non plus à en rendre compte ou à l'analyser) en accumulant les lieux (et les images de chaos). La multiplicité frénétique des ego frustrés et colériques devenant le centre obligé des attentions (au diable l'esprit critique !) et le sujet forcé de tout reportage digne de ce nom. L'idéologie du chaos organisé. Quel brio dans ce nouveau journalisme !

Je note que le replay de l'émission n'a pas cru bon de proposer à la réécoute cette  deuxième partie (pour le moins contestable !) de l'invité des Matins. Erreur ou signe de confusion ?... Je n'ose croire à un début d'autocritique...  
Un auditeur amusé, mais inquiet par la désinformation galopante qui frappe nos médias en voie de tétanisation !!

Voir le profil de l'utilisateur

698
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - le Jeu 03 Jan 2019, 22:19

Parent(http://regardfc.forumn.org/t876-a-radicalite-radicalite-et-demie-emission-les-matins-du-03-01-2019-sur-france-culture#32043) a écrit:Bravo ! L'année commence fort en matière de neutralité et de pédagogie de l'information ! Il faut dire que l'invité était à la hauteur. Décréter que des Médias crédibles se doivent d'être "un champ de bataille", voilà qui pourrait logiquement inquiéter notre chaîne préférée et son "Esprit d'ouverture" affiché. Non ?

Le plus drôle - vu de l'extérieur - c'était l'incompréhension, voire l'état de confusion de l'animateur qui venait de trouver, pour une fois, nettement plus radical que lui dans la personne de son invité du jour (cela nous changeait en effet de son ton insinuant, cette fois). On imaginait bien l'un envoyer l'autre dans un camp de rééducation pour s'y reformer aux méthodes journalistiques musclées qui sont, à l'entendre, notre lot d'aujourd'hui. Un délice de surenchères !... menant, hélas, à un vide de l'analyse et de la pensée. Dommage pour les auditeurs, encore perdants !

Dans tout cela, plus aucune allusion à l'Etat de droit et à ses règles citoyennes, mais, un droit chassant l'autre, cette propension - érigée en nouveau droit, justement - à créer l'événement (non plus à en rendre compte ou à l'analyser) en accumulant les lieux (et les images de chaos). La multiplicité frénétique des ego frustrés et colériques devenant le centre obligé des attentions (au diable l'esprit critique !) et le sujet forcé de tout reportage digne de ce nom. L'idéologie du chaos organisé. Quel brio dans ce nouveau journalisme !

Je note que le replay de l'émission n'a pas cru bon de proposer à la réécoute cette  deuxième partie (pour le moins contestable !) de l'invité des Matins. Erreur ou signe de confusion ?... Je n'ose croire à un début d'autocritique...  
Un auditeur amusé, mais inquiet par la désinformation galopante qui frappe nos médias en voie de tétanisation !! (...)
L'invité était un certain Edwy Plenel (ex le Monde, désormais Médiapart) qui a eu son heure de gloire à France Culture avec une chronique régulière. Il est visiblement apprécié (qui en doutait ? ) par le contributeur ayant titré son écoute du même entretien que vous : Une leçon de journalisme et d'animation radiophoniques. Amusant, non ?

À noter cette phrase dans le descriptif des Matins , êtes-vous sûr(e) de bien la comprendre, d'en goûter toute la construction ? : "La révolution numérique, la fin de l’hégémonie des journalistes dans la diffusion de l’information avec l’émergence des réseaux sociaux, et le brouillage progressif entre faits et opinions qu’il a entraîné, n’est pas étranger à cette situation." À quoi se réfère "il" ?


Voir le profil de l'utilisateur

699
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture - le Sam 05 Jan 2019, 09:41

Edwy Plenel et la méfiance envers les media

Ayant voulu réécouter pour bien noter quelques détails, je suis tombée sur un os comme Parent et cela est encore d'actualité.
J'avais été effarée par les discours opposés de E.Plenel et d'Arnaud Desquerré plus tard sur cette question de méfiance vis à vis des media.
Selon Plenel, les journalistes sont là pour relater des faits, mener des enquêtes, et non pour faire des commentaires.Or, des media ont pris parti, selon lui.Donc les gilets jaunes ont raison de ne pas être contents
Tandis qu' A. Esquerré emploie des arguments de bon sens : on ne peut rapporter tous les faits, il y a forcément des choix! Il n'y avait pas de porte-paroles chez les gilets jaunes qui auraient été désignés par des collectifs, donc les reportages des journalistes n'ont pu se faire qu'au petit bonheur.
L'argumentaire de Plenel était brillant mais complètement dingue comme l'a noté Parent et G. Erner complètement dépassé

Voir le profil de l'utilisateur

700
Répondre en citant  
Gooooooood moooooooorniiiiiiiinnnng Freeeeeenchmeeeeeeennnn !!!!!!!!!!!!!!! - le Sam 05 Jan 2019, 12:25

Une communication du sergent instructeur Mc Bee Landger du 4ème régiment de Noeux-les-Mines transcrite par le lieutenant O'Relyan :


Bonjour bande de trouffions !
ce fil sur la matinale commence à manquer de sérieux ! Quand je lis certains posts plus haut moi j’ai honte à mon pays nom de Dieu de nom de Dieu ! Je vous dis qu’il faut y mettre de l’ordre ! Et vous lieutenant écrivez bien tout ce que je dis !
Non ! Pas ça ! Espèce de pedsjghqilgdhfgkdfhgkclkwùeqzoioeh
Bon ! Je reprends !
La culture c’est pas que pour les gros intellos ! Alors vous les ptits pioupious vous devez profiter du meilleur de ce qui se fait dans le monde des inte… de l’art ! de la culture ! et de la création ! et le premier qui dit poil aux arpions ! trois jours de mitard ! nom de Dieu !
Alors l’état major est fier de vous présenter le meilleur du meilleur ! la crème de la crème ! La Conclusion ! d’Aurélien ! Bellanger ! du 4 janvier 2019 !
Pour que tout le monde puisse comprendre nous avons dû caviarder le superflux ! par exemple toutes ces « expansions du nom » mettez bien des guillemets lieutenant ! parce que là c’est un mot un peu technique ! Là vous allez avoir le meilleur ! encore meilleur ! Et arrêtez avec les points d'exclamation !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Au départ ça s’appelle Les écrivains normands, mais pour vous bande de petits salopiauds ça va être :

                                                                        Les gros intellos

Criquebec, Caudebec, Foulbec, Balbec : on fait.  Même les deux autres intellos sonnent. La Normandie : le Valhalla. 
Ma statue se trouve à Barentin. On vient de laisser le complexe et on n’est pas remonté. Mais soudain, Flaubert est là et on sait. 
Je dois faire part de la théorie de Jean Guitton. Comme disait Jean Guitton il faut en finir avec le mythe d’un Flaubert jetant des mots. Si Flaubert a su devenir ce styliste, cet ennemi, ce génie, c’est avant tout parce qu’il travaillait, sans doute d’un jet, et que cela lui dégageait des heures.
Le Flaubert, avec sa physionomie, est en tout cas un génie.
L’ironie serait la manière qui lui aurait permis de s’imposer. 
A sa façon le Houellebecq est bien un écrivain. N’a-t’il pas expliqué que la poésie était en deçà du principe ? 
Houellebecq se permet des mots, dans son livre. 
Autant je peux me retrouver sur sa vision autant je le trouve. Je suis justement passé à Condé-sur-Vire. 
J’étais venu visiter quand la fermeture nous avait obligé à rejoindre le centre ville à la recherche d’une boulangerie. 
Le beurre des sandwichs était.
Mais ce que je n’oublierai pas c’était la splendeur. Le héros avait sa statue à l’entrée.
                                                                                            A.B. le 04-01-2019

Voir le profil de l'utilisateur

701
Répondre en citant  
Mon tout premier Aurélien Bellanger (3/6 ans) Interdit aux parents - le Lun 07 Jan 2019, 17:37

Au commencement était "Le disco", 7/1/19, maintenant ce sont

                                             Les chansons pour les petits zenfants
                                                                                  
         

Le jour où les petits zenfants ont enfin décidé de devenir mimis ils ont inventé les chansons pour les zenfants . 
Jamais on avait vu d’invention plus gentille et plus choupinette. Les petits zenfants aimaient danser en rythme. Les petits zenfants aimaient les mimis mélodies. Les petits zenfants vivaient dans la super attente du refrain. Les petits zenfants, comme y zétaient hyper super contents, le chantaient en avance et débordaient largement sur lui pour l’empêcher de repartir zoup la la.
Les petits zenfants, bien sûr, n’avaient rien contre la musique des vieux. Il pourrait y avoir des cordes ho hisse, des cuivres coquinous et des claviers tagadas, une chorale oh oh oh et des solistes turlututus. Mais on pouvait super simplifier la ptite chanson, éliminer tous les gros bidons — ou ne garder que ceux-ci. Mozart gros caca boudin, Wagner pipi de chat. Si les gens achetaient des trucs zarbis et les Carabinas Carbonaras, c’était pour pouvoir hurler en charabia tout moche O sole mio ou Viens poupoule dès l’ouverture du disque. Et Beethoven, toujours caca boudin, n’a jamais été aussi mimi, sur un synthétiseur mou, que dans Bob l’éponge.
Je me suis rendu compte personnellement moi-même de tout ça le 31 décembre dernier sur le dada de chez ma tati en écoutant Dans la ferme de Mathurin de Marie Acaré sur mon lecteur CD Pegga Pig — France Culture trop caca pipi depuis que j’ai parcouru, cet été, la même chose tout pareil, dans le jardin, entre la cabane à outil de tonton et le plan de tomates de pépé, en écoutant O’Relyan B.Laundger parler du disco moche : j’avais beau voir partout des robes za paillettes et des boules za facettes aussi mimis que des super feux d’artifices à pétards, j’avais fini par trouver ça hyper relou : le disco moche, ce n’est pas une musique de dada, et ce n’est pas Le soulier qui vole, le giga pestacle de Chantal Goya, qui dira que j’ai pas raison : La ferme de Mathurin, à cet instant, avait toute sa place dans le petit dada de chez ma tati. Je m’étonnai tout plein, cependant, de la super simplicité des paroles : "Dans la ferme de Mathurin y’a des meus par-ci, y’a des meus par-là, y’a des meus, y’a des meus, y’a des meus meus meus" répété en boucle comme dans les super livres de comptines pour les tout ptits. 
J’étais sur le point de percer les trucs mystérieux des chansons pour les zenfants quand le morceau a fait stop, remplacé par Mon petit lapin, et je me suis dit au dedans de moi que c’était ça être un zenfant : être zenfant c’était ne pas être surpris de passer de la mimi Ferme de Mathurin au durdur Petit lapin.
Heureusement j’ai raccroché très vite un Pirouette Cacahuète des Daffy Dunk, à l’instant même où la tite roue du pti cheval se prenait le virage de la cour des canards pour entrer dans le local des poubelles, et j’ai été surpris, comme tout le temps, que ce moment ne mourirait jamais. J’étais revenu dans ce monde de pommes de reinettes, dans ces bateaux sur l’eau plus rigolos qu’une petite  marionnette, dans le royaume perdu, entre les coins coins et les poubelles, de Henri Dès, le super grand maître des pestacles pour zenfants —   dans ce super grand jardin qui avait presque vécu, un peu avant ma naissance, de Dorothée à Goya, de Garcimore à Douchka, les chansons pour les zenfants comme un nouveau Gulli parc, une autre super grande fête à neuneu.
On était là dans le temps du rire zé des chants dans la ferme magique où la poule sur un mur, avant de disparaître, picote du pain dur et hop, picoti picota, lève la queue et puis s’en va.   
Mais sa disparition, ou plutôt sa réapparition dans l’Église, dans l’armoire et dans la grange, était peut-être la chanson pour les petits zenfants ultime — rien de tout cela ne pouvait exister vraiment, c’était trop beau, trop joyeux pour ce monde, la chanson pour les petits zenfants était la musique que devaient écouter les choupinous.
J’en étais là de mes super réflexions sur la musique quand je me suis retrouvé assis, au réveillon, entre deux haut-parleurs super puissants.
J’ai pas reconnu tout de suite la super chanson. Dix secondes de cris d’oiseau tout seul, comme quand pépé perd son dentier, l’impression d’un danger qui va faire poum.
Il était déjà trop tard, j’étais parti, entraîné, quand le thème du cui cui a commencé.
C’était Alouette, de Bonnet D.
La chanson pour les zenfants la plus complètement dingue du monde. Une alouette qui se fait plumer le cou, les yeux, le bec, la tête, les pattes, c’est trop fou — on dirait des scieurs de long longi longa foutadgi foutadga ratadgi ratadga barbagna cagagnou verse à boire. 
Mais, incapable de bouger comme quand je vais au dentiste, j’étais bien obligé de reconnaître que cette chanson était hyper géniale, et de me féliciter en dedans de moi comme j’étais trop mimi d’avoir avant bu toutes les bouteilles de Champomy pour planer avec le zoizeau jusqu’au cœur de l’expérience de la chanson pour les zenfants, là où il n’est plus question de truc moches géniaux, mais seulement de dire un super grand merci à ce qui faut bien appeler, après Annie Cordy, la Frida oum papa lala lalala, la petite gretchen aux gros bras, un truc du tonnerre : ce qui ding ding ding di gue ding, mais qui cot cot cot coin coin coin, indubitablement, en dehors du chou pi ta pam boing bo-bo-boing boing bo-bo-boing boing boing boing.
                                                           

                                                    Au revoir les amis

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


702
Répondre en citant  
Re: Les Matins de France Culture -

Les Matins de France Culture     Page 70 sur 79

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 36 ... 69, 70, 71 ... 74 ... 79  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum