-->
Forumactif

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Le programme de nuit, îlot de culture (II)

Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 14  Suivant

Accueil / France Culture

Le programme de nuit, îlot de culture (II)    Page 9 sur 14

Bas de page ↓   

81
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture (II) - le Sam 22 Déc 2018, 19:40

- La Fontaine, avec Madame Foianant
Le principe de cette série de Géraldine Gérard réalisée par René Jentet est nettement moins attractif que celui de A l'enseigne du merveilleux qui bénéficiera de moyens plus importants et qui permettra à René Jentet des fantaisies qu'ici on ne trouve guère.
La fameuse Madame Foinant présente son auteur préféré, Jean de la Fontaine (et non Edgar Allan Poe) : banalités un peu désuettes, mais néanmoins amusantes. Ensuite deux voix familières, Pascal Mazzotti et Patrice Galbeau, lisent quelques fables et l'Elégie aux Nymphes de Vaux. C'est la partie de l'émission la plus réussie, malgré le manque d'originalité.
Mais qui est Madame Foinant ? [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-22.12.2018-ITEMA_21928550-1.mp3" debut="01:30" fin="02:15"]
Addenda : Un autre épisode diffusé l'année dernière, avec Henri Salvador, qui n'a rien à dire, et là d'après Edgar Poe, est nettement plus ambitieux L'aventure sans pareille d'un certain Hans Pfaall (12-02-1960)
avec Eve Griliquez, Jean Amadou, Jean-Pierre Lituac, Fernand Gregh, Jean-Jacques Aslanian et Pascal Mazzotti.

- Les possédés d'après Dostoïevski -Adaptation Albert Camus - Mise en scène Albert Camus - Interprétation Michel Maurette, Pierre Blanchar, Tania Balachova, Paul Gay, Jean Martin, Marc Eyraud, Georges Berger, Georges Sellier, Géo Wallery, Pierre Vaneck, Charlotte Clasis, Nadine Basile, Alain Mottet, Janine Patrick, André Oumansky, Catherine Sellers, Charles Denner, Michel Bouquet, Edmond Tamiz, François Marie, Jean Muselli, Roger Blin et Nicole Kessel - Réalisation Max Joly
Pas de podcast pour cette émission.
Retransmission de la pièce dans la tradition des années 50/60. Le découpage radiophonique de Max Joly est efficace. Malgré la complexité de l'intrigue, l'auditeur n'est pas perdu. Albert Camus explique en introduction l'envie qu'il avait de voir ce roman sur une scène de théâtre. La qualité sonore est variable, et dans l'ensemble moyenne. La durée du spectacle (3h10) oblige à certains raccourcis, mais on retrouve l'esprit halluciné des grands romans de Dostoïevki.

Annoncés pour l'instant la semaine prochaine, donc non complet :
Nuit du lundi 24 au mardi 25 décembre, Joyeux Noël, et après la messe où nous nous sommes penchés sur le berceau du petit Jésus, penchons-nous sur celui de l'humanité avec à 01h10 la Nuit spéciale Mésopotamie par Amorrite Babylangeais. Une analyse approfondie des dernières mises à jour de la fiche Wikipédia. 01h15, fin de la Nuit spéciale.

Nuit du vendredi 28 au samedi 29 décembre, dans la série des Grands Classiques de France Culture
Le jardin aux betteraves (19-06-1976) pour les amateurs des derniers quatuors de Beethoven, mais aussi accessoirement de Roland Dubillard, avec Maria Machado et trois voix inoubliables, Romain Bouteille, Michel Bouquet et Claude Piéplu.
Réalisation : Anne Lemaître

Nuit du samedi 29 au 30 décembre, 1ère nuit Alexandre Dumas :
avec notemment* deux dramatiques,
Kean (1949)
Interprétation Maria Casares (Anna), Louise Conte (La comtesse de Koefeld), Marcel André (Le comte de Koefeld), Daniel Lecourtois (Le prince de Galles), Jean Temerson (Salomon), Marcelle Monthil (Amy), Lily Siou (Ketty), René Hiéronimus (Pistole), Charles Lavialle (Peterpat), Jean Clarens (Lord Mewill), Edmond Beauchamp (John), Jean Topart (Darius), Roger Bontemps (Bardoche) et Pierre Brasseur (Kean)
Réalisation : Léon Ruth     Attention attention, Pierre Brasseur est présenté comme docteur en sociologie, chercheur au CLERSE, Université de Lille 1 Ses interventions dans la pièce de Dumas sont très attendues.
et
Ascanio (06-01-1962)
Interprétation : Claude Genia, Roland Bourdin, Jean Davy, Renaud Mary, Henri Nassiet, Robert Chandeau, Patrice Galbeau, Claude Piéplu, Jean Péméja, Pierre Garin, Janine Patrick, Madeleine Silvain, Odile Mallet, Inès Nazaris et Claudine Dalmas
Adaptation : Patrice Galbeau
Réalisation : Henri Soubeyran


*Cette coquille est dédicacée à Orailien Bailengeais.



Dernière édition par Curly le Mer 02 Jan 2019, 19:11, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

82
Répondre en citant  
Hors socio vous n'êtes rien pour FC - le Dim 23 Déc 2018, 12:31

Curly(http://regardfc.forumn.org/t852p70-le-programme-de-nuit-ilot-de-culture-ii#31965) a écrit: (...) Nuit du samedi 29 au 30 décembre, 1ère nuit Alexandre Dumas :
avec notemment* deux dramatiques,
Kean (1949)
Interprétation Maria Casares (Anna), Louise Conte (La comtesse de Koefeld), Marcel André (Le comte de Koefeld), Daniel Lecourtois (Le prince de Galles), Jean Temerson (Salomon), Marcelle Monthil (Amy), Lily Siou (Ketty), René Hiéronimus (Pistole), Charles Lavialle (Peterpat), Jean Clarens (Lord Mewill), Edmond Beauchamp (John), Jean Topart (Darius), Roger Bontemps (Bardoche) et Pierre Brasseur (Kean)
Réalisation : Léon Ruth     Attention attention, Pierre Brasseur est présenté comme docteur en sociologie, chercheur au CLERSE, Université de Lille 1 Ses interventions dans la pièce de Dumas sont très attendues. (...)

*Cette coquille est dédicacée à Orailien Bailengeais.
Ah bon, Pierre Brasseur n'était pas docteur en sociologie, comme Erner l'est ? Pourtant en voici la preuve : BRASSEUR Pierre "Titre de la thèse : L’invention de l’assistance sexuelle : socio-histoire d’un problème public français".  

Notons que cette Nuit à venir a été préparée par Romain de Becdelièvre, le camarade de classe de Marie Richeux, doctoresse ès jeux d'enfants (marelle et 1, 2, 3, soleil). Ceci explique cela...



Conseils, activités, jeux et coloriages pour vos enfants Du bébé à 8-10 ans. Classe d'âge que vise chaque soir à 21h sur FC le tandem MR & RdB.


Voir le profil de l'utilisateur

83
Répondre en citant  
Euphonia & (Joyeux) Noël Simsolo - le Dim 23 Déc 2018, 13:04

Noël Simsolo, c’est cinéma et polar.
Dans ses entretiens avec Godard, Chabrol, Gainsbourg, Leone ou Tavernier, le tutoiement est de mise.
Il apparaît dans deux Chabrol, « Alice ou la dernière fugue » (1976), un grand film, et « Au cœur du mensonge » (1999), où il joue un pervers absolument abominable.

Dans Euphonia, on retrouve autour du producteur des voix familières.
La série « Les géants de la comédie musicale américaine » se termine par Bob Fosse, le dernier éclat  (27-05-1988).
Mais on peut trouver deux autres numéros de cette série de cinq :  Fred Astaire (25-05-1988) avec Patrick Brion, et Vincente Minnelli (26-05-1988) avec Jean Douchet.
Ajoutons-y deux numéros de « Cinéastes et musiciens » : Howard Hawks/Dimitri Tiomkin (23-02-1989) avec Jean-Claude Biette et Sergio Leone/Ennio Morricone (24-02-1989) avec en toute simplicité Sergio Leone et Serge Daney.

Autre série, complète cette fois, celle autour des musiques d’Alfred Hitchcock : les cinq sont passionnantes. On y étudie plus précisément l’utilisation du son chez le cinéaste, et pas seulement la musique.
Hitchcock et ses musiques :
1- Avant Hollywood (10-02-1992) avec Jean Douchet
2- Autour de Selznick (11-02) avec Bernard Eisenschitz
3- Les années d’or (12–02) avec à nouveau Jean Douchet
4- L’osmose : Bernard Herrmann (13-02) avec Jean Collet
5- L’après Herrmann (14-02) avec Georges Schneider

On rencontrait Jean Douchet de manière récurrente dans Culture Matin de Jean Lebrun. (O tempora, o mores ).
Bernard Eisenschitz est un spécialiste notamment de Fritz Lang et de Robert Siodmak.
Quant à Serge Daney, il avait repris l’émission sur le cinéma de Claude-Jean Philippe, avant de passer le flambeau à Michel Ciment.
Petite parenthèse : Dans Microfilms, l’invité servait parfois de faire-valoir au disert Daney, pour le plus grand plaisir de l’auditeur. Le générique malicieux de l’émission était la musique d’Herrmann pour « Mais qui a tué Harry ? »

Pour compléter, deux émissions plus légères, mais néanmoins savoureuses :
- Les incunables de Boris Vian (13-06-1984), qui le sont aujourd'hui un peu moins à l'exception de la dernière pièce, Fiesta sur une musique de Darius Milhaud. Dire que ce n'est pas une grande réussite est un euphémisme.
- Tavernier sans images, L’enfance et les sons, Les passions, Les musiques de films (02-05-1984) Cinq heures avec Bertrand Tavernier sur ses goûts musicaux (Diffusion intégrale de My favorite things de Coltrane mais aussi un peu de Sylvie Vartan) et radiophoniques (Dac, Dubillard, Maurice Renault, Les maîtres du mystère)

Et, qui ne sera plus disponible sous peu à moins d’une nouvelle diffusion, son adaptation de Léo Malet avec Claude Rich en Nestor Burma, Corrida aux Champs Elysées (12-11-1989)

C’est Noël.


Ici dans Touche pas à la femme blanche de Marco Ferreri (1974), juste avant de se faire entarter par Buffalo Bill, entouré de figurants dont le nom m'échappe.
Bertrand Tavernier apparaît aussi dans le film l'espace d'une seconde.



P.S. Les prochains spectacles de Pierre Brasseur :  
- Camsex : conditions de valorisation économique des activités sexuelles sur Internet à partir d’une analyse du webcaming.
- Eco-intime : économie du sexe et de l’intime sur internet : marché, travail, valeur.



Dernière édition par Curly le Mar 25 Déc 2018, 11:29, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

84
Répondre en citant  
Noëls papous dans le grand nord - le Mar 25 Déc 2018, 10:19

Entre l'ouverture des cadeaux et le repas...

Programmes plus festifs la nuit, avec quelques percées dans la journée (notamment les Contes de Dickens dans le Feuilleton et A voix nue avec Pierre Dubois et c’est à peu près tout, si l'on ajoute La compagnie des auteurs plus tôt dans l'après-midi)
- Des papous dans la tête - Spéciale trentenaire de la Maison de la Radio (24-10-1993), en public au Studio 104. Attention, ce sont de « larges extraits » sachant qu’à l’époque l’émission se présentait en deux parties de 12h à 14h coupées par le journal de 12h30.
Bertrand Jérôme et Françoise Treussard sont entourés d'une partie de LA belle équipe : Henri Cueco, François Caradec, Vassilis Alexakis, Dominique Muller, Patrick Caumon, Hervé Le Tellier et Lucas Fournier.

- Noëls du monde entier (25-12-1951)
par Nino Frank et Blaise Cendrars, avec Blaise Cendrars et Raymone - Réalisation Albert Riéra
Rappelons que Raymone était la compagne de Cendrars, et que Albert Riéra, que l’on rencontre souvent à la radio dans les années 50/60, a commencé dans le cinéma, aux côtés de Jean Vigo dont il a été l’assistant. L’émission si ma mémoire est bonne n’a pas très bien vieilli. A vérifier.

- Plat de résistance : Nuits magnétiques - Dans le Grand Nord 1/5 ( 24/12/1984) et 2/5 (25/12/1984)
par Jean-Pierre Milovanoff - Avec Michèle Therrien, Jean-Pierre Desaulniers, Alain Rastoin, Vladimir Randa, Raymond Latarjet et Francis Lacassin - Réalisation Mehdi El Hadj
Les parties 3-4-5 ne sont pas annoncées sur le site, mais cela ne devrait tarder...

Voir le profil de l'utilisateur

85
Répondre en citant  
Les Papous - Rencontres Roald Dahl/Germaine Montero et Jacques Fayet/Max Ophüls - le Mer 26 Déc 2018, 17:53

Des papous dans la tête - Spéciale trentenaire de la Maison de la Radio (24-10-1993), en public au Studio 104.
Rappel - Attention, ce sont de « larges extraits » sachant qu’à l’époque l’émission se présentait en deux parties de 12h à 14h coupées par le journal de 12h30.
Bertrand Jérôme et Françoise Treussard sont entourés d'une partie de LA belle équipe : Henri Cueco, François Caradec, Vassilis Alexakis, Dominique Muller, Patrick Caumon, Hervé Le Tellier et Lucas Fournier.

D'abord la première partie, celle de 12h à 12h30, est diffusée intégralement, c'est la seconde qui est coupée (séquence J.C Averty notamment ?) :
- rap avec homophonies approximatives autour de la formule "Les trente ans du Palais Gruyère" (= La maison de la Radio), B. Jérôme et F. Treussard s'y essaient aussi.
Henri Cueco, version 1 [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-25.12.2018-ITEMA_21930850-0.mp3" debut="06:15" fin="06:42"]
version 2 [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-25.12.2018-ITEMA_21930850-0.mp3" debut="10:15" fin="10:40"]
- Henri Cueco présente sa collection de chaussures, un grand moment.
- Longue séance du Petit rimailleur illustré, chanté ou pas, c'est selon.
- Henri Cueco présente sa collection de pommes de terre bintje. Essentiel.
- Léger Strabisme Divergent : interprétations très personnelles du Serment des Horaces de David. Bouquet final.


A suivre dans les nuits, un peu au jour le jour puisqu'il n'y a pas d'annonce des programmes de la semaine actuellement :

- Apprendre à commettre un crime vraiment parfait avec Germaine Montero : Coup de gigot de Roald Dahl pour Bonnes nouvelles, grands comédiens (24-12-1973). Cette nouvelle a été adaptée pour le programme t.v "Alfred Hitchcock Presents", mis en scène par Hitchcock lui-même.

- Et bien sûr la suite des Nuits magnétiques - Dans le Grand Nord 3/5 ( 26/12/1984)
par Jean-Pierre Milovanoff - Avec Michèle Therrien, Jean-Pierre Desaulniers, Alain Rastoin, Vladimir Randa, Raymond Latarjet et Francis Lacassin - Réalisation Mehdi El Hadj


- Pour finir, rediffusé cet été Max Ophüls dans les Mardis du cinéma. Un des intervenants est présenté comme un acteur, mais on peut rajouter qu'il a écrit des dramatiques radiophoniques (L'heure du mystère de Germaine Beaumont), et qu'il est le créateur des Nuits de France Culture. Rencontre Jacques Fayet/Max Ophüls :
[son mp3="https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2014/05/s19/NET_FC_738e4a2c-08a4-4a26-93a2-2e66d07b63d3_0.mp3" debut="59:55" fin="61:59"] La suite de l'entretien dans l'émission...

Voir le profil de l'utilisateur

86
Répondre en citant  
Aimer le jazz avec Lucien Malson, André Hodeir et Alain Gerber - le Jeu 27 Déc 2018, 09:50

Lucien Malson (1926-2017), universitaire émerite, connu pour son ouvrage sur "Les enfants sauvages" dans lequel on retrouve le journal du docteur Itard adapté par François Truffaut, mais aussi pour ses ouvrages sur le jazz, a été une voix marquante de la radio, de l'après guerre au début des années 90, tout comme André Francis.
Dans les années 60 il crée Connaître le jazz. Au cours des années 70, celle-ci deviendra Black and Blue, où Alain Gerber va apparaître d'abord comme chroniqueur, avant de la  co-présenter, puis, en 1993 ou 1994 (Je ne me rappelle plus exactement) de reprendre seul l'émission, quitte à inviter régulièrement son créateur.
Black and Blue disparaîtra en 2008, mais elle avait déjà commencé à agoniser dans les limbes d'une programmation dominicale nocturne.
La disparition l'année dernière de Lucien Malson a été l'occasion pour les Nuits de plusieurs rediffusions, en attendant janvier 2019.
Le seul petit reproche que l'on pourrait faire à la programmation des rediffusions de Black and Blue est de systématiquement privilégier les musiciens les plus connus du grand public (Armstrong, Ellington, Young, deux fois Billie Holiday) aussi grands soient-ils. Le tandem Malson/Gerber a disserté sur à peu près tous les musiciens de jazz, et comme toujours les émissions les plus réussies ne sont pas celles que l'on attendait.
L’ honorable auteur de ces lignes, ayant commencé à fréquenter les ondes de France Culture en pleine adolescence à la toute fin des années 80, remercie les Nuits de pouvoir combler les inévitables lacunes liées à une naissance un peu tardive.

1- Connaître le jazz
La voix du générique est celle d'André Francis.
D'abord deux émissions un peu particulières.
L'humour en jazz (31-12-1966) plus anecdotique, donne l'occasion à tout le service jazz de l'ORTF de souhaiter la bonne année.
Duke Ellington au Festival de Dakar (08-10-1966) est constituée d'une interview du musicien, présentée et traduite par le seul et unique Maurice Cullaz.
Ensuite quatre modèles de perfection et un nom, André Hodeir.
André Hodeir (1921-2011) est au départ violoniste, sous le nom de Claude Laurence. Il va bifurquer ensuite vers la composition. On le retrouve à la tête d'un orchestre de jazz, le Jazz Groupe de Paris de la fin des années 40 au début des années 70. C'est aussi un écrivain (critique de jazz, livres sur le jazz, romans, y compris pour les enfants).
L'apothéose de son travail de compositeur pour le jazz est le dyptique sur James Joyce, Anna Livia Plurabelle en 1966 et Bitter Ending en 1972, enregistrements forts prisés par l’auteur, toujours honorable, de ces lignes. Il était adepte de ce qu'il nommait l'improvisation simulée : il s'agit pour le soliste de créer une impression d'improvisation alors que tout est écrit.
Je me rappelle d'un Black and Blue du début des années 90 où il racontait ses tentatives infructueuses pour définir le swing, "Du temps perdu à la recherche".
Donc :
- Les thèmes empruntés à la musique populaire, exceptionnels. 1 (16-10-1965) et 2 (23-10-1965)
-Le répertoire de Thelonious Monk (18-12-1965)
-Le répertoire de Duke Ellington (04-12-1965)
André Hodeir montre toute sa passion pour cette musique, alliant clarté, concision et précision dans ses explications. Les émissions sont magnifiquement construites et présentées, laissant quand même la part belle à la musique.
Exemple (Emission sur Thelonious Monk) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-13.04.2017-ITEMA_21291135-4.mp3" debut="15:46" fin="17:23"], explication à partir de la composition Straight No Chaser, puis début de Trinke Tinkle.
En janvier 2019, les Nuits vont proposer huit autres Connaître le jazz sur l'œuvre de Duke Ellington. Les trois premières seront là : 1 (03-08-1966), 2 (re 03-08-1966) il y a peut-être une erreur, et 3 (17-08-1966). Les intervenants aux côtés de Lucien Malson sont pour l'instant inconnus, cf extrait du numéro du 08-10-1966 [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-04.03.2017-ITEMA_21248843-0.mp3" debut="01:14" fin="01:36"]
                                                                                                                A suivre...

2- Black and Blue
D'abord Lucien Malson seul (Alain Gerber tient une chronique d'actualité au début), avec Lester Young (25-01-1976). Les intervenants sont le pianiste Henri Renaud, qui a connu et joué avec Lester "Yung" (C'est ainsi que le prononce Malson) et, plus surprenant, le médiéviste et linguiste Bernard Cerquiglini.
Générique et présentation de Lucien Malson, une certaine élégance : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-11.01.2018-ITEMA_21552766-1.mp3" debut="01:04" fin="01:53"]
La suite avec Billie Holyday (19-06-1984), en compagnie de Françoise Sagan qui a connu la chanteuse et sur qui elle a écrit. Alain Gerber est maintenant co-producteur. Sa lecture des pages de Sagan consacrées à la chanteuse annonce ce qu'il fera dans Le jazz est un roman dans les années 2000 sur France Musique.
Ensuite Louis Armstrong (09-11-1984). Les invités sont le trompettiste Christian Bellest (auteur d'un "Que sais-je ?" sur le jazz avec... Lucien Malson), et à nouveau Henri Renaud.
Retour à Billie Holiday, mais cette fois-ci le 11-06-1999. Alain Gerber est seul à la présentation. Il y est question uniquement du séjour de la chanteuse à Paris en 1958. Les intervenants sont Michel Fontanes qui venait d'écrire un ouvrage sur ce sujet, et des habitués comme le batteur Georges Paczynsky, le saxophoniste Jean-Louis Chautemps (Il intervient hélas peu. D'ordinaire ses interventions étaient drôles et ce qui apparaissait comme des provocations de sa part pouvait après réflexion paraître sensé ! Fin de l'énorme parenthèse), et ... Lucien Malson (1926-2017).

Voir le profil de l'utilisateur

87
Répondre en citant  
Mardis du cinéma - Blaise Cendrars - André Breton - le Ven 28 Déc 2018, 18:29

1- D'abord à signaler, La truffe  (30-12-1977) par Michel Gonzalez, avec Raymond Pujol - Réalisation Yann Paranthoën

2- Retour sur la nuit spéciale comédies musicales :
Rappel des trois Mardis du cinéma, Busby Berkeley (20-12-1992) par Simone Douek, avec Rick Altman (au téléphone), Alain Masson, Patrick Brion et Jean-Christophe Averty.
L'âge d'or de la comédie musicale MGM : 1939-1960, retrouver l'innocence  (21-12-1993) par Yves Builly avec Patrick Brion, Dominique Rabourdin, Daniel Dobbels, Leslie Caron et Daniel Corinaut.
Tous en scène : Six personnages en quête de rêve (12-02-1985) par Pierre Coural avec François Guérif, Dominique Rabourdin, Jean-Paul Török, Ado Kyrou et Alain Masson.
Beaucoup de rédacteurs de la revue Positif.
L'ensemble est d'un intérêt  certain, mais les thèmes des deux dernières émissions obligent à certains recoupements, certaines redites, notammmment sur Minnelli et Arthur Freed, de même que sur l'évolution de la politique des grands studios au cours des années 50.
Concernant "Tous en scène" "The Band Wagon" ou "Ben Vagonne", comme le prononce une lectrice de l'émission, la description et le commentaire de certaines séquences exercent sur l'auditeur qui n'a pas vu le film le pouvoir d'exciter l'imagination.
Il en est de même pour le Busby Berkeley où les intervenants doivent décrire par le menu le style de chorégraphie, chose qui n'est pas toujours aisée.
Les fantasmes de Jean-Christophe Averty : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-23.12.2018-ITEMA_21930578-1.mp3" debut="37:19" fin="38:22"]
On pourra entendre notammmment Patrick Brion ;  c'est toujours un plaisir d'entendre cette encyclopédie du cinéma américain.
Ici dans Le cinéma des cinéastes avec Claude-Jean Philippe (23-04-1978) ou la rencontre entre les deux grands animateurs de Ciné-club à la télévision : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-25.10.2018-ITEMA_21866398-0.mp3" debut="13:11" fin="13:35"]
Le Cinéma de Minuit de Brion existe toujours, difficilement : aucune relève ne se profile à l'horizon.

On comparera, ou pas, cet ensemble, avec M comme Comédies musicales (Plan large, 10-11-18) où il s'agit surtout d'inciter les auditeurs à se rendre à une exposition à la Philharmonie de Paris puis à acheter des blourais. C'est ce qui s'appelle une émission "prescriptive", car nous auditeurs sommes tous de grands malades.

3- Blaise Cendrars à la radio :
Noëls du monde entier (25-12-1951) : Blaise Cendrars raconte ses souvenirs de Noëls passés à travers le monde pendant que Raymone, tenant le rôle de l'animatrice, propose de longues illustrations sonores, diverses et variées.
L'émission a en effet vieilli, mais c'est un plaisir d'entendre la voix de Cendrars, et une Raymone inquiète qui lui reproche ses histoires "pleines d'épouvante et de mort" !
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-26.12.2018-ITEMA_21931930-3.mp3" debut="51:36" fin="57:04"] Le bruit et la fureur ...

Autre émission de Cendrars : Rythmes et bruits du monde (28-06-1952). Il propose différents enregistrements du monde entier, reliés par de petits textes. Là aussi, même remarque que précédemmmment.

Et petit 4- André Breton à la radio : L'alouette au parloir (20-10-1953). Là aussi, encore la même remarque, avec en plus un symbolisme très lourd.
De beaux passages toutefois : exemple, [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-06.11.2018-ITEMA_21883153-0.mp3" debut="27:03" fin="29:28"]. En plus c'est la conclusion. Les illustrations sonores sont magnifiques (Stravinsky, Bartok).
Autre rappel : Henri Dutilleux était responsable du département musique à la radiodiffusion française.

Voir le profil de l'utilisateur

88
Répondre en citant  
La nuit n'a pas sommeil - le Sam 29 Déc 2018, 11:54

Sélection subjective :

Outre la première nuit Alexandre Dumas avec deux dramatiques signalées plus haut,

Nuit du dimanche 30 au lundi 31 décembre 2018
Deux programmes de réveillon, 1957 puis 1967: peut-être qu'une perle s’y cache...
00:01 - 01:06
La nuit n'a pas sommeil (1ère diffusion : 31/12/1957)
Par Luc Bérimont - Avec Jean-Marie Amato, Roland Ménard, Sophie Desroy et Bernard Frémaux - Avec les voix d’Yves Montand, Simone Signoret, Guy Béart, Les Frères Jacques, la compagnie Yves Robert, Juliette Gréco, Les Quatre Barbus, Robert Ripa et Catherine Sauvage - Réalisation Hélène de La Bruce
01:06 - 03:06
Emission spéciale - Programme de réveillon (1ère diffusion : 31/12/1967)
Par Roger Pillaudin - Avec Louis Guilloux, Ariane Mnouchkine, Miguel Angel Asturias, Catherine Claude, Michel Tournier, Claire Etcherelli, Claude Simon, Serge Reggiani, Colette Renard, Marie-Claire Alain, Michèle Albrand, Henri Galissian, Louis Durand et Yvonne Baby - Réalisation Janine Antoine

Nuit du lundi 31 décembre 2018 au mardi 1er janvier 2019
Nuit Comédie musicale à Broadway ! Par Albane Penaranda
Avec notamment
01:32 - 02:05
Le rythme et la raison - Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère 1/5 : La Chanson de Broadway, Jerome Kern (1ère diffusion : 14/10/1991)
Par Daniela Langer - Avec Stephanie Crawford, René Urtreger et Nancy Haikin - Réalisation Philippe Sibbille
02:35 - 03:07
Le rythme et la raison - Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère 2/5 : La féerie des Revues à Grands Spectacles, Richard Rodgers (1ère diffusion : 15/10/1991)
Par Daniela Langer - Avec Stephanie Crawford, René Urtreger et Nancy Haikin - Réalisation Philippe Sibbille

Nuit du mardi 1er janvier au mercredi 02 janvier 2019
01:13 - 01:45
Le rythme et la raison - Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère 3/5 : Harold Arlen et les chansons sorcières (1ère diffusion : 16/10/1991)
Par Daniela Langer - Avec Stephanie Crawford, René Urtreger et Nancy Haikin - Réalisation Philippe Sibbille

(L’atelier de création radiophonique qui suit, de 1996, est un montage d’extraits d’anciennes émissions, si ma mémoire est bonne...)

Nuit du mercredi 02 au jeudi 03 janvier 2019
01:31 - 02:03
Le rythme et la raison - Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère 4/5 : Des rengaines banales et irrésistibles, Hoagy Carmichael (1ère diffusion : 17/10/1991)
Par Daniela Langer - Avec Stephanie Crawford et René Urtreger - Réalisation Philippe Sibbille

Nuit du jeudi 03 au vendredi 04 janvier 2019
00:01 - 01:36
Mardis du cinéma - Evocation de Luis Bunuel (1ère diffusion : 13/01/1987)
Par Cécile Hamsy - Avec Serge Silbermann, Jean-Claude Carrière, Pierre Guffroy, Claude Piéplu, Jean-Jacques Passerat, Raymond Bellour, Claire Mathon, Bruno Mathon et Muni (actrice) - Réalisation Jacques Taroni
Très belle émission-hommage alors que la disparition du maître (un vrai celui-là) est encore récente (1983).
01:36 - 02:07
Le rythme et la raison - Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère 5/5 : De l'éphémère à l'éternel, Vernon Duke (1ère diffusion : 18/10/1991)
Par Daniela Langer - Avec Stephanie Crawford et René Urtreger - Réalisation Philippe Sibbille

La Spéciale Molière de la nuit suivante (durée 5h30) est un véritable tunnel sans fin, mais peut-être a-t-il ou aura-t-il des défenseurs…

L’émission sur La truffe est une curiosité (Paranthoën n’est qu’un des deux preneurs de sons et non le réalisateur), pas encore écoutée en entier, mais avec de vrais morceaux d’après-midis de France Culture  dedans (donc Pierre Descargues).
On s'accroche au chronoscaphe du professeur Miloch et zou c'est parti :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-29.12.2018-ITEMA_21935210-3.mp3" debut="02:00" fin="05:37"]

Voir le profil de l'utilisateur

89
Répondre en citant  
Dans le Grand Nord – Alexandre Dumas – Hamlet - le Mar 01 Jan 2019, 12:02

Dans le Grand Nord (Nuits magnétiques, 24 au 28-12-1984)
par Jean-Pierre Milovanoff -  Réalisation Mehdi El Hadj

Mélange d’ambiances sonores, musiques et sons, avec témoignages, récits. Le dosage de ces éléments est ici particulièrement magique et les enchaînements entre les différentes séquences d’une grande fluidité.
La musique symphonique (Sibelius, Brahms, Bruckner) a une fonction descriptive et permet à l’auditeur de continuer l’image mentale formée par la voix du conteur.
Alors qu’au départ toute musique symphonique est abstraction, même La mer ou La symphonie fantastique. L’auditeur est libre d’imaginer ou pas autre chose que le programme voulu par le compositeur.

Générique  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-25.12.2018-ITEMA_21930850-1.mp3" debut="05:10" fin="05:35"]
Sept heures avec
1- Voyage au Québec avec un Noël québecois, et la vie quotidienne chez les Inuits, un clown en visite, contes et légendes, la musique, la nourriture.
2- Voyage à bord des voiliers, au Groenland, les montagnes, les glaciers et icebergs, chasse à l’ours, tempêtes et raz-de-marée, souvenirs de Baker Lake, histoires de fantômes et chamanisme.
Et en passant l’ hypothèse de la fonte des glaces ; pourquoi pas un peu de science-fiction en 1984, c’est une bonne année pour en faire.
Exploration à bord du "Pollux" et du "Pourquoi pas" [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-26.12.2018-ITEMA_21931930-2.mp3" debut="08:06" fin="10:31"]  
Dans les quatre premières parties, les intervenants ne sont nommés qu’à la toute fin. Donc laissons cette voix sans nom.
3- La faune, l’Alaska, à la recherche de la chouette harfang dans la toundra, chasse au phoque.
4- Jours et nuits polaires, aurores boréales, grande séquence sur les ours, voyage en traîneau accompagné par la musique de Bruckner, missions d’observations, conte sibérien.
5- Récit d’une expédition vers le grand nord, trappeurs et commerce de fourrures, un peu de cannibalisme…, les chiens de traîneaux.
A la fin annonce d’une autre série sur « Le voyage américain »…

Nuit du dimanche 30 au lundi 31 décembre 2018
La nuit n’a pas sommeil (1ère diffusion : 31/12/1957)
Par Luc Bérimont - Réalisation Hélène de La Bruce
Emission spéciale - Programme de réveillon (1ère diffusion : 31/12/1967)
Par Roger Pillaudin - Réalisation Janine Antoine
Attention : pas écoutées en entier. Version Pillaudin, défilé d’artistes, lectures et musiques.
Idem pour la version Bérimont, sauf que celui-ci a lié le tout par un récit de son cru.

La seconde nuit Alexandre Dumas :
Une autre version du Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas et Auguste Maquet 
Adaptation Jean-François Noël et Jean Rougerie 
Mise en scène (Festival de Provins) Jean Rougerie 
Interprétation Jean-Claude Drouot, Louis Arbessier, Hubert de Lapparent, Raoul Delfosse, Jean Saudray, Philippe Kellerson, Armand Vallé-Valdy, Jenny Bellay, Liliane Patrick, Jean Brassat, Pierre Garin, Jean Rougerie, Michel Paulin, Pierre Delac, Michel Chassaing, Alain Chanal, Pierre Lefebvre, Alain Janey, Frédérique Villedin, Monica Derrieu, Lucienne Troka, Denise Perrault et Nathalie Nerval
04/07/1965
Sera-t-il possible de faire oublier le feuilleton de Serge Martel et Pierre Dupriez rediffusé cet été ?
La durée et les conditions d’enregistrement, une captation scénique, ne jouent pas à priori en faveur de cette version.

Petite parenthèse, une fois de plus : on peut comparer les deux versions de La tragédie de Hamlet (re)diffusées en 2016, l'une, pénible, enregistrée au Festival d’Angers en 1954 avec Serge Reggiani un peu dépassé par son rôle, et l'autre, en studio, réalisée par Claude Mourthé en 1961,  qui a eu l’idée très originale de faire jouer le rôle-titre par Jacques Duby. Une réussite. Et fermeture de la parenthèse.

Les trois mousquetaires, trois épisodes de feuilletons radiophoniques.
1er épisode de l’adaptation de Jean Chouquet, 2ème épisode de l’adaptation de Jean Chouquet, 4ème épisode de l’adaptation de Pierre Latour (1ère diffusion : 04/10/1946 Chaîne Nationale et 12, 13/10/1953 Chaîne Parisienne)
Petite enquête
Version Latour : Émission du Club d’essai, l’Inathèque indique une durée totale de 3h22, sans découpage en épisodes.
REA,Cazeneuve Maurice ; ADA,Latour Pierre ; AUT,Dumas Alexandre ; INT,Alari Nadine ; INT,Berard Maurice ; INT,Blin Roger ; INT,Dufilho Jacques ; INT,Jourdan Roger ; INT,Larive Léon ; INT,Latour Pierre ; INT,Marcy Robert ; INT,Michel Jean Claude ; INT,Peneau Yves ; INT,Varte Rosy
Version Chouquet : 63 épisodes d’une dizaine de minutes.
Générique, pris à la même source :
REA,Chouquet Jean ; PRO,Spade Henri ; ADA,Chouquet Jean ; ADA,Pierre Roger ; ADA,Spade Henri ; MUSO,Calvi Gérard ; AUT,Dumas Alexandre ; INT,Lamoureux Robert (d'Artagnan) ; INT,Richard Jean (Planchet) ; INT,Thibault Jean Marc (Athos) ; INT,Pierre Roger (Porthos) ; INT,Destain Robert (Aramis) ; INT,Campion Léo ; INT,Roquevert Noël ; INT,Funès Louis de ; INT,Lénier Christiane ; INT,Provins Jacques ; INT,Souplex Raymond ; INT,Biraud Maurice ; INT,Servais Jean ; INT,Chaumette François ; INT,Christophe Françoise ; INT,Goya Mona
Nous en aurons quelques bribes.


Le Royal Max Linder is Dart-In-Again dans The Three Must-Get-There (1922), L'étroit mousquetaire, qui reprend l’intrigue de Dumas comme les Monty Python ont pu le faire avec le Graal puis les Évangiles.

Voir le profil de l'utilisateur

90
Répondre en citant  
Ascanio d'après Alexandre Dumas - le Jeu 03 Jan 2019, 12:49

Ascanio de Patrice Galbeau d’après Alexandre Dumas (06-O1-1962 France 3 nationale)
Interprétation Claude Genia, Roland Bourdin, Jean Davy, Renaud Mary, Henri Nassiet, Robert Chandeau, Patrice Galbeau, Claude Piéplu, Jean Péméja, Pierre Garin, Janine Patrick, Madeleine Silvain, Odile Mallet, Inès Nazaris et Claudine Dalmas - Réalisation Henri Soubeyran

Rivalités amoureuses, mariage forcé, intrigue de cour mais aussi immobilière autour de personnages historiques : la duchesse d’Étampes, François 1er et Benvenuto Cellini dont Ascanio est l’apprenti orfèvre.
Moins de péripéties et d’aventures que dans d’autres récits plus connus de Dumas.
L’adaptation radio est réussie : en 1962, la dramatique radio était chose courante et tout cela est fait avec naturel. Les acteurs, la mise en onde… tout cela coule de source.

La Conclusion du Râleur :
Alors oui, c'est une émission que l’on n’écoute pas en tapotant sur son téléphone ou autre… ou en passant son temps à être « enthousiasmé » ou « hyper emballé » ou « impatient de... » à longueur de temps sur Twitter par le premier machin venu. Marre quoi.

Voir le profil de l'utilisateur

91
Répondre en citant  
Kean - Pierre Brasseur - Léon Ruth - Le rythme et la raison & Connaître le jazz - le Ven 04 Jan 2019, 17:14

Kean (03-03-1949, Chaîne Nationale)
D'Alexandre Dumas - Interprétation Maria Casares (Anna), Louise Conte (La comtesse de Koefeld), Marcel André (Le comte de Koefeld), Daniel Lecourtois (Le prince de Galles), Jean Temerson (Salomon), Marcelle Monthil (Amy), Lily Siou (Ketty), René Hiéronimus (Pistole), Charles Lavialle (Peterpat), Jean Clarens (Lord Mewill), Edmond Beauchamp (John), Jean Topart (Darius), Roger Bontemps (Bardoche) et Pierre Brasseur (Kean) - Réalisation Léon Ruth

Kean est présenté dans le cadre d’un cycle « Le théâtre du théâtre, le théâtre en 1830 ».
Pierre Brasseur joue le rôle titre, quatre ans avant de créer la version Sartre.
Enregistrement en studio, peu de bruitages, une porte qui s’ouvre, un bruit de verre… quelques courts intermèdes musicaux.
Le fait que ce soit des 78 tours ne change rien à l’affaire, l’interprétation est mémorable.
Dans l’extrait suivant Kean reconnaît Lord Mewill qui a comploté contre lui :
                                   [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-30.12.2018-ITEMA_21930579-4.mp3" debut="78:46" fin="84:23"]  (Merci pour la pastille, et pour le reste)

On retrouve le nom de Léon Ruth des années 40 au milieu des années 60, toujours à la direction d’adaptations théâtrales.  
Il a peut-être œuvré parmi les pionniers de la radio dans les années 30, mais les archives de ces années sont ce qu’elles sont, c’est à dire quasi inexistantes. Il faudrait regarder dans les programmes radio de l’époque.

Dans les Nuits, on retrouvera avec plaisir plusieurs de ses mises en ondes, sobrement réalisées.
Arsène Lupin de Francis de Croisset et Maurice Leblanc (14-09-1948)
Roméo et Juliette adapté par Jean Cocteau (27-09-1949) avec Jean Marais et Josette Day
Le songe d’une nuit d’été adapté par George Neveux (24-11-1949)
Et deux Feydeau de premier ordre,  Hôtel du libre échange (01-11-1955)
et Chat en poche (24-12-1955), la distribution parle d’elle-même, Darry Cowl, Gaetan Jor, Rosy Varte, Micheline Boudet, Pierre Mondy, Michel Galabru, Jean Debucour, Jean Le Poulain, Jacques Hilling, Robert Murzeau, Jacqueline Maillan, Jeanne Fusier-Gir …


Rodgers, Kern, Arlen et autres bâtisseurs de l'éphémère, Le rythme et la raison, Daniela Langer du 14 au 18-10-1991
1- Jerome Kern 2-Richard Rodgers 3-Harold Arlen 4-Hoagy Carmichael 5-Vernon Duke
Histoire des chansons de Broadway et Tin Pan Alley à travers l'évocation de cinq auteurs de mélodies parmi les plus connues.
Mais aussi, en passant, comment des chansons aujourd'hui bien datées peuvent devenir des standards de jazz. Témoignage de René Urtreger.
C'est léger, plaisant.
Passage de My Favorite Things de Julie Andrews à John Coltrane
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-01.01.2019-ITEMA_21930580-13.mp3" debut="28:32" fin="30:59"]

Le phénomène de l'utilisation de la chanson populaire par le musicien de jazz est abordé de manière plus brillante et plus approfondie dans les deux émissions de Connaître le jazz, les thèmes empruntés à la musique populaire, déjà évoquées ailleurs. Avec Lucien Malson et André Hodeir.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


92
Répondre en citant  
Re: Le programme de nuit, îlot de culture (II) -

Le programme de nuit, îlot de culture (II)     Page 9 sur 14

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 14  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum